Cetera quae in jure sunt posteaquam postliminio redit, pro eo habentur ac si nunquam iste hostium potitus fuisset

Après sa rentrée dans sa patrie, (le prisonnier de guerre) a les mêmes droits que s’il n’avait jamais été pris par les ennemis.