Fermer ce volet Fermer ce volet
Leçon numéro 5
La troisième déclinaison suite et fin - Les adjectifs de la troisième déclinaison - Conjugaison du verbe être suite et fin - Le conditionnel



Page: 1/3

D'après Lavarenne et Cayrou.
La page 1 contient la leçon. La page 2 les exercices. La page 3 la correction des exercices.


Cinquième leçon

Quelques remarques sur la 3ème déclinaison

Les noms neutres à thème en i, tels que mare, maris, "la mer", qui prennent, comme nous l'avons vu, ium au génitif pluriel (marium) et ia au nominatif pluriel (maria), ont l'ablatif singulier en i au lieu de e: ablatif de mare, maris: mari (notez que cette forme est la même que celle du datif).

Nominatif Mare Maria
Vocatif Mare Maria
Accusatif Mare Maria
Génitif Maris Marium
Datif Mari Maribus
Ablatif Mari Maribus
Les noms neutres en al et ar, comme animal (gén. animalis), altar (gén. altaris), "l'autel", qui étaient autrefois en ale, are (animale. altare), ont conservé l'ablatif en i: animali, altari. Ils se déclinent donc absolument comme mare.
Nominatif Animal Animalia
Vocatif Animal Animalia
Accusatif Animal Animalia
Génitif Animalis Animalium
Datif Animali Animalibus
Ablatif Animali Animalibus
La 3e déclinaison comprend beaucoup d'adjectifs
On les décline naturellement comme les noms. On en trouve qui n'ont au nominatif singulier qu'une seule forme pour le masculin, le féminin et le neutre, par exemple: vetus, gén. veteris "vieux", dont la déclinaison, absolument régulière sera:
Singulier
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Vetus Vetus Vetus
Vocatif Vetus Vetus Vetus
Accusatif Veterem Veterem Vetus
Génitif Veteris Veteris Veteris
Datif Veteri Veteri Veteri
Ablatif Vetere Vetere Vetere
Pluriel
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Veteres Veteres Vetera
Vocatif Veteres Veteres Vetera
Accusatif Veteres Veteres Vetera
Génitif Veterum Veterum Veterum
Datif Veteribus Veteribus Veteribus
Ablatif Veteribus Veteribus Veteribus
D'autres adjectifs ont une seule forme pour le féminin et le masculin, et une autre pour le neutre. Exemple: fortis, "courageux", f.: fortis; neutre: forte.
Singulier
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Fortis Fortis Forte
Vocatif Fortis Fortis Forte
Accusatif Fortem Fortem Forte
Génitif Fortis Fortis Fortis
Datif Forti Forti Forti
Ablatif Forti Forti Forti
Pluriel
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Fortes Fortes Fortia
Vocatif Fortes Fortes Fortia
Accusatif Fortes Fortes Fortia
Génitif Fortium Fortium Fortium
Datif Fortibus Fortibus Fortibus
Ablatif Fortibus Fortibus Fortibus

Enfin quelques-uns ont une forme pour le masculin, une pour le féminin, une pour le neutre. Ex.: acer, "vif, violent": masc. acer; fém. acris; neut. acre.
Comme le dictionnaire vous renseigne toujours sur ces formes, il est inutile de faire un effort de mémoire à ce propos.

Singulier
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Acer Acris Acre
Vocatif Acer Acris Acre
Accusatif Acrem Acrem Acre
Génitif Acris Acris Acris
Datif Acri Acri Acri
Ablatif Acri Acri Acri
Pluriel
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Acres Acres Acria
Vocatif Acres Acres Acria
Accusatif Acres Acres Acria
Génitif Acrium Acrium Acrium
Datif Acribus Acribus Acribus
Ablatif Acribus Acribus Acribus
Quand les adjectifs comme prudens, prudentis (imparisyllabiques à radical terminé par deux consonnes) qualifient une personne, on trouve à leur ablatif un e au lieu d'un i: cum filio prudente: "avec un fils prudent".
Singulier
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Prudens Prudens Prudens
Vocatif Prudens Prudens Prudens
Accusatif Prudentem Prudentem Prudens
Génitif Prudentis Prudentis Prudentis
Datif Prudenti Prudenti Prudenti
Ablatif Prudenti (e) Prudenti (e) Prudenti
Pluriel
Masculin
Féminin
Neutre
Nominatif Prudentes Prudentes Prudentia
Vocatif Prudentes Prudentes Prudentia
Accusatif Prudentes Prudentes Prudentia
Génitif Prudentium Prudentium Prudentium
Datif Prudentibus Prudentibus Prudentibus
Ablatif Prudentibus Prudentibus Prudentibus
Le verbe être (suite et fin)
L'impératif présent existe en latin comme en français: "Sois" = es; "soyez" = este.
Mais en plus le latin possède un impératif futur, qui exprime un ordre pour l'avenir, et qui d'ailleurs ne s'emploie guère que dans les textes de lois, où il s'agit en effet d'édicter des prescriptions pour l'avenir. Dans le verbe être, cet impératif futur est: esto, estote. On trouve aussi une 3e pers. pluriel: sunto, "qu'ils soient".
Le participe présent n'existe pas dans le verbe sum. C'est une anomalie à retenir, car il existe dans tous les autres verbes.
En revanche, il y a un participe futur que nous n'avons pas en français. Le sens de ce participe futur n'est d'ailleurs pas difficile à comprendre. Le participe présent "étant" veut dire en somme: "qui est". Le participe futur: futurus, a, um, veut dire: "qui sera". On le traduit parfois par "devant être". Il faut bien voir que, dans cette traduction, "devant" n'exprime aucune idée d'obligation, mais seulement l'idée du futur, comme quand on dit, en parlant de quelqu'un qui a annoncé sa visite: "Il doit venir", c'est-à-dire: "Il va venir".
L'infinitif présent est esse. Rien à remarquer sur lui. Il existe aussi un infinitif futur qu'on traduit souvent par "devoir être", le verbe devoir indiquant seulement l'avenir.
Cet infinitif futur n'est autre chose que le participe futur accompagné de l'infinitif présent: futurus esse. Voici un exemple qui vous fera comprendre dans quel cas on peut l'employer: "Il prétend qu'il est prêt". peut se traduire par: "Il prétend être prêt", infinitif présent. De même: "Il prétend qu'il sera prêt" peut se traduire par: "Il prétend devoir être prêt", infinitif futur, en latin: futurus esse paratus.
Enfin, il existe un infinitif parfait, comme en français: avoir été = fuisse. Vous reconnaissez le radical fu du parfait fui, qui sert à former tous les temps composés, et une terminaison isse, qui ressemble beaucoup à esse. Comparez la formation du plus-que-parfait de l'indicatif: fu et l'imparfait eram: fueram.
La formation de l'infinitif parfait est la même dans tous les verbes: "avoir écrit": scripsisse. "Avoir détruit": delevisse, etc.
Au subjonctif, nous trouvons les mêmes temps qu'en français, savoir:
Un présent: "que je sois": sim, sis, sit, simus, sitis, sint, dont il n'y a rien à dire.
Un imparfait: "que je fusse" : essem, esses, esset, essemus, essetis, essent. II est formé dans tous les verbes de l'infinitif présent, auquel on ajoute purement et simplement les désinences des personnes: de là cet adage que je vous engage à retenir: "L'imparfait du subjonctif est le temps le plus simple à former". Ainsi, soit l'infinitif amare, "aimer": imp. subj.: amarem. Soit le verbe velle, "vouloir": imp. subj. vellem; etc.
Un parfait: "que j'aie été": fuerim, fueris, fuerit, fuerimus, fueritis, fuerint. Ce temps est absolument le même que le futur antérieur de l'indicatif, sauf à la 1re du sing., qui est fuero au futur antérieur.
Un plus-que-parfait: "que j'eusse été": fuissem, fuisses, fuisset, fuissemus, fuissetis, fuissent. Notez que le plus-que parfait du subjonctif se forme comme l'imp. subj., c'est-à-dire avec l'infinitif, mais cette fois l'infinitif parfait, auquel on ajoute les désinences.
Le parfait et le plus-que-parfait du subjonctif se forment de même dans tous les verbes: "Que j'aie écrit": scripserim; "que j'eusse écrit": scripsissem. "Que j'eusse détruit"...: delevissem, etc.
Pour exprimer le conditionnel le latin emploie le subjonctif
Le conditionnel présent, "je serais", se traduit:
a) Par le subjonctif présent, si l'hypothèse est encore réalisable. Exemple: "Si j'étais riche un jour, je serais heureux". Si olim ("un jour", adverbe) dives sim, beatus sim.
Dives, gén. divitis, 3e décl., "riche". Beatus, a, um, "heureux": béatitude, béat, etc
Remarquez de plus que, dans la proposition commençant par si, le latin emploie le même temps que dans la proposition principale. Vous avez certainement entendu des étrangers ou des enfants dire: "Si je serais..." Le latin parle comme eux.
b) Par l'imparfait du subjonctif, si l'hypothèse n'est plus réalisable. Par exemple: "Je voudrais bien donner 100.000 euros pour fonder une caisse des retraites en faveur des anciens banquiers tombés dans la misère. Malheureusement, je n'ai plus en poche que 3 euros 95. A cette triste constatation, je n'écrie alors: "Si aujourd'hui j'étais riche, je serais 'heureux ". Si dives essem, beatus essem: l'imparfait du subjonctif, parce qu'il s'agit d'une supposition malheureusement contraire à la réalité.
Le conditionnel passé: "j'aurais été" se traduit par le plus-que-parfait du subjonctif. Exemple: "Si j'avais été riche à ce moment-là, j'aurais été heureux". Si dives tunc fuissem, beatus fuissem.




Page Suivante (2/3) Page Suivante


Content ©
  Accueil • Plan du site • Recherche • Contactez nous


[ Page générée en 0.0602 sec ] [ (PHP: 65% - SQL: 35%) ] [ Requêtes SQL: 46 ] [ 280 pages vues la dernière heure ]
 Top Max Cache Off Copyright Mentions légales PHP Maximus CMS