Fermer ce volet Fermer ce volet
Leçon numéro 4
Faire une version - la troisième déclinaison



Page: 1/3

D'après Lavarenne et Cayrou.
La page 1 contient la leçon. La page 2 les exercices. La page 3 la correction des exercices.


Quatrième leçon

Comment traduire du latin en français (la version)
De Lupo et agno.
Ad claram aquam rivi lupus et agnus simul venerunt. "Turbavisti aquam meam, inquit lupus. - Non possum, respondit alter, nam sum infra te. - Turbavisti tamen, et de me verba injusta dixisti, tu aut dominus tuus. Ergo te occido." Ita infirmi saepe sunt praeda malorum.
De lupo et agno
de: prép. (abl.) = au sujet de
Ce qui signifie que de est une préposition après laquelle on trouve toujours l'ablatif. On dit aussi qui gouverne l'ablatif. Son sens est "au sujet de".
Nous sommes par là même fixés sur le cas de lupo et agno (deuxième déclinaison). Ainsi notre titre est: "Au sujet du loup et de l'agneau". Nous devons traduire: "Le loup et l'agneau".
Ad claram... venerunt.
Ad (comme préfixe, on le trouve dans nombre de mots français: adduction d'eau (amener de l'eau vers une ville); addition (ajouter à quelque chose), etc. Cette préposition marque le but, la direction.
Claram aquam. Nous avons certainement là l'accusatif de la 1ère déclinaison. Nous connaissons aqua, "l'eau".
Rivi, comme domini, doit être un génitif sing. ou un nom. pl. de rivus.
Lupus et agnus: deux nominatifs, certainement les sujets du verbe.
Venerunt nous rappelle fuerunt, parfait de l'indicatif de sum.
Quel est le premier mot qui doit nous préoccuper?
C'est le verbe.
Le verbe venerunt, en nous rappelant fuerunt, nous apparaît immédiatement comme la 3e pl. d'un parfait. Ce parfait est veni, du verbe "venir": "vinrent".
Le sujet? Nous pourrions à la rigueur hésiter entre rivi nom. pl. de rivus, 2e déclin., "le ruisseau", et lupus et agnus, deux nomin. sing., qui valent un pluriel. Mais rivi peut être un génitif singulier, tandis que lupus et agnus ne peuvent être que des nominatifs. C'est donc eux évidemment les sujets. "Le loup et l'agneau"
Simul, adv., "ensemble".
Ad, prép. (acc.), "vers, à".
Ad claram aquam: "vinrent ensemble à l'eau claire".
Rivi: gén. de rivus, compl. déterminatif de aquam: "à l'eau claire d'un ruisseau".
Remarque: Rivi pourrait être, grammaticalement, le complément de lupus aussi bien que de aquam. Car, notons-le une fois pour toutes, en latin, il n'y a pas de place fixe dans la phrase, ni pour le sujet, ni pour les compléments. C'est le cas qui permet de reconnaître la fonction d'un mot, et non sa place. Revenons à rivi. Il pourrait être complément déterminatif de lupus. Mais ici ce n'est pas la grammaire qui a nous guider, c'est le simple bon sens. "L'eau du ruisseau" . offre un sens satisfaisant. « Le loup du ruisseau" serait un personnage bien bizarre.
Autre remarque: Nous avons dit: les compléments circonstanciels se mettent à l'ablatif. Or nous avons ici un compl. circ. de lieu: "à l'eau claire", qui est à l'accusatif. Mais il y a... comme partout... des exceptions à cette règle. Notamment celle-ci: certaines prépositions veulent après elles l'ablatif, certaines autres, l'accusatif.
Et même deux prépositions: in "dans, sur", et sub "sous", gouvernent tantôt l'ablatif, tantôt l'accusatif.
Ad veut toujours l'accusatif: de là: ad aquam.
Dernière remarque: Si je veux chercher dans le dictionnaire le sens de claram, adjectif, je dois chercher le mot clarus. Ex.: Clarus, clara, clarum. Bonus, bona, bonum. Le masculin est en us, le féminin est en a, le neutre en um.
La traduction des lignes suivantes ne pose aucune difficulté:
Turbavisti, 2e sing. du parfait, "tu as troublé", - aquam meam, acc., compl. dir."mon eau" (vous avez cherché dans le dictionnaire meus, mea, meum, "mon") ; - inquit, 3e sing. du parf.: "dit"; - lupus, nomin., sujet: "le loup". Non possum, 1re sing. d'un verbe composé de sum: . "je ne puis pas"; - respondit, 3e sing. parf.: "répondit"; alter, nom sing., sujet: "l'autre"; - nam, conjonction de coordination: "car"; - sum: "je suis"; - infra, prép. (acc.): "au-dessous de toi" (te); - te est l'accus. de tu, comme me, déjà vu, est l'accus. de ego.
Turbavisti: "tu as troublé"; - tamen.: "cependant"; - et "et"; - dixisti, 2e sing. parf. (dixi): "tu as dit"; - verba, acc. pl. neutre (verbum, verbi, 2e décl.): "des mots"; - injusta, adjectif (injustus, a, um) .acc. pl. n., se rapporte à verba: "injustes"; - de: "au sujet de"; - me, ablatif de ego (forme semblable donc à l'accusatif) : "moi"; - tu: "toi" (nom., sujet); - aut: "ou"; - dominus tuus, nomin., sujet: "ton maître". - Ergo: "donc"; - te occido, verbe: "je te tue". C'est la 1re sing. présent indicatif, celle que donne le dictionnaire.
Ita: "ainsi"; - infirmi, nom. pl. de infirmus, 2e décl., sujet: "les faibles" (cf. français: infirmes); - sunt saepe: "sont souvent"; - praeda, nominatif comme rosa. Ce ne peut être le sujet, puisque le verbe est au pluriel, et que d'ailleurs nous avons déjà pour sujet infirmi. Mais c'est un attribut: "la proie" ; - malorum, gén. pl. de malus, compl. dét. du nom proie: "des méchants".
Ce qui nous donne:
Tu as troublé mon eau, dit le loup. - Je ne puis pas, répondit l'autre, car je suis au-dessous de toi. - Tu l'as troublée tout de même, et tu m'as calomnié, toi ou ton maître. Donc, je t'étrangle. - Ainsi les faibles sont bien souvent la proie des méchants.
La troisième déclinaison: odor (l'odeur) et civis (le citoyen)
Singulier
Pluriel
Nominatif
Vocatif
Accusatif
Génitif
Datif
Ablatif
odor
odor
odorem
odoris
odori
odore
civis
civis
civem
civis
civi
cive
odores
odores
odores
odorum
odoribus
odoribus
cives
cives
cives
civium
civibus
civibus
Quelques remarques:
Le génitif singulier est en is. Nous avons déjà dit que c'est au génitif singulier que l'on reconnaît toujours à quelle déclinaison un nom appartient. La forme du nominatif n'a aucune importance, elle peut être des plus variées: odor, civis, homo (l'homme), mulier (la femme), infans (le bébé), nix (la neige), etc. Mais le génitif singulier a une grande importance, non seulement parce qu'il permet de reconnaître à qu'elle déclinaison on a affaire, mais encore parce qu'il donne en retranchant la terminaison is, le radical du mot, (ici odor-, civ-) auquel on ajoutera ensuite les terminaisons de tous les autres cas.
Le vocatif est toujours semblable au nominatif. On sait que Dominus, domine, fait seul exception (et les mots qui se déclinent comme lui, naturellement). L'accusatif singulier est en m, comme rosam et dominum.
Les nominatif, vocatif, accusatif pluriels sont semblables et sont en s, comme rosas et animos.
Le datif et l'ablatif pluriels sont semblables, comme dans rosis et dominis. Mais au lieu de is, on a ibus, terminaison devenue populaire grâce à omnibus, voiture pour tous (datif pl. de omnis, "tout"), d'où l'imitation autobus, et le mot anglais bus tout court, par abréviation.
Le génitif pluriel est en um, comme dans rosarum et dominorum, mais sans la syllabe supplémentaire ar ou or.
Odor, odorum. Civis, civium.
Ainsi, certains mots ont le génitif pluriel en um, d'autres en ium.
Ceux qui prennent un i sont presque exclusivement:
1. Les mots qui ont le même nombre de syllabes au nominatif et au génitif, par exemple: civis, civis,. fortis, fortis, "courageux"; mare, maris,"la mer"; amabilis, amabilis, "aimable"; etc. On les nomme: mots parisyllabiques (du latin par, "égal").
2. Les mots dont le radical est terminé par deux consonnes, par exemple: mons, montis, "le mont", radical: mont-; prudens, prudentis, "prudent", radical: prudent-.
Quelques exceptions qui n'entrent pas dans ces deux catégories: mus, muris,"souris"; nix, nivis, "la neige", etc. Le dictionnaire nous renseigne à leur sujet.
N'oublions pas, à tous ces mots, de donner un génitif pluriel en ium: civium, fortium, marium, amabilium, montium, prudentium, murium, nivium, etc.
Au contraire, des mots comme iter, itineris, n, "le chemin"; corpus, corporis, n.,"le corps"; vetus, veteris, adj., "vieux"; qui ne sont pas parisyllabiques et dont le radical n'est terminé que par une seule consonne, ont le génitif pluriel en um: itinerum, corporum, veterum.
Les noms neutres de la troisième déclinaison
Ils n'ont rien de particulier.
1. Les nominatif, vocatif et accusatif sont semblables, comme dans tous les neutres: opus, opus, opus, "l'oeuvre". Iter, iter, iter, "le chemin". Mare, mare, mare, "la mer".
2. Le nominatif pluriel est toujours en a. Opus, operis, nom. pl. opera. Iter, itineris, nom. pl. itinera. A noter seulement que si le génitif pluriel est en ium, le nominatif pluriel est en ia. Mare, maris, nom. pl.: maria.




Page Suivante (2/3) Page Suivante


Content ©
  Accueil • Plan du site • Recherche • Contactez nous


[ Page générée en 0.0859 sec ] [ (PHP: 43% - SQL: 57%) ] [ Requêtes SQL: 46 ] [ 189 pages vues la dernière heure ]
 Top Max Cache Off Copyright Mentions légales PHP Maximus CMS