Aller au contenu


Photo

Végèce De arte militaris


  • Veuillez vous connecter pour répondre
6 réponses à ce sujet

#1 scaevola

scaevola

    Colonus

  • Members
  • PipPip
  • 25 messages

Posté 26 avril 2012 à 11:50

Ave omnibus,

Cela fait un long moment que je ne suis plus revenu en ce lieu, mais je continue néanmoins mes petites études en langues anciennes. Je travaille actuellement sur l'Art militaire de Végèce et certaines phrases me paraissent parfois sybillines, c'est pourquoi je sollicite votre aide.

1 : Quibus rebus tantum universo orbi praestitum gratulamur, quantum vel humana mens petere vel gratia potuit divina conferre.

Ce qui me gène ici est praestitum. Je n'arrive pas à l'analyser. J'ignore s'il s'agit d'un nom neutre à l'acc praestitum = emprunt
ou s'il s'agit du supin de praesto. Mais surtout dans les deux cas je ne vois pas à quoi il pourrait bien se raccorder. Gratulor est intransitif donc pas d'accusatif. Et quel sens aurait ici un supin?

Je vous remercie par avance de votre aide.

#2 ambroise

ambroise

    Humilis

  • Members
  • PipPipPipPip
  • 78 messages
  • Gender:Male
  • Interests:Généalogie
    Paléographie

Posté 26 avril 2012 à 13:33

Praestitum : praesto (voir fin de l'article "praesto" dans gaffiot : http://www.lexilogos...fiot.php?p=1228 ) . Le sens n° 6 du verbe me semble à choisir. "accorder" me paraît convenir.

Je crois qu'il faut sous-entendre "esse" après "praestitum".

Nous nous réjouissons qu'il ait été accordé à tout le monde ...
Non multa, sed multum.
http://dixsurdix.cwebh.org

#3 scaevola

scaevola

    Colonus

  • Members
  • PipPip
  • 25 messages

Posté 26 avril 2012 à 15:48

Rebus serait-il alors complément au datif de praesto?

Cela nous donnerait :

Nous nous réjouissons qu'il ait été accordé au monde entier autant de choses que soit l'esprit humain peut demander et que la grâce divine peut offrir.

#4 jacques

jacques

    Nobilissimus

  • Members
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 192 messages
  • Gender:Male

Posté 26 avril 2012 à 16:22

Non ! Quibus rebus (à l'ablatif) fait la liaison avec ce qui précède : "Et par ces choses", c'est à dire : "c'est pour cela que..."
De toute manière, "autant de choses que soit" n'était pas correct.

#5 scaevola

scaevola

    Colonus

  • Members
  • PipPip
  • 25 messages

Posté 13 juillet 2012 à 10:10

Ave,
Je vous répond un peu tard mais j'ai encore besoin de votre aide.

1) D'abord en ce qui concerne cette phrase : je l'ai finalement traduite ainsi:
Et c'est pour cela que nous nous réjouissons qu'aient été accordés au monde entier autant ce que l'esprit peut demander que ce que la grâce divine peut offrir.

Qu'en dites vous?

2) Une autre phrase me pose problème :

"In illo naturali beneficio tutissimo eligentis consilium, in plano quaeritur fundantis industria"

Il y a pour moi ici une antithèse : donc deux propositions qui s'opposent. j'ai traduit la seconde ainsi :
"l'art des fondations est recherché sur terrain plat."
Mais la première n'a pas de verbe conjugué. J'ai donc supposé l'ellipse d'un "est". eligentis (eligo au part. présent) fait office d'adjectif comme compl.de prix : Litteralement "La sagesse est de chosir..."
Mais je ne vois pas comment construire cela avec le début. Il faudrait un compément d'ojet à choisir, or je n'ai qu'un compl. circonstanciel de lieu.
Quid?

Merci d'avance pour votre aide.

#6 jacques

jacques

    Nobilissimus

  • Members
  • PipPipPipPipPipPipPip
  • 192 messages
  • Gender:Male

Posté 13 juillet 2012 à 13:02

Je traduirais ainsi la première phrase :
Et c'est pour cela que nous nous réjouissons qu'ait été accordé au monde entier autant que ce que l'esprit humain peut demander ou que la grâce divine peut offrir.

L'autre passage est assez "coton". C'est quaeritur qui est sous-entendu dans la première proposition.
Il y a en effet une antithèse est entre la position naturellement fortifiée, pour laquelle il faut savoir profiter de l'occasion, et le terrain plat ou il faut des talents d'architecte pour bâtir des fortifications.

Dans le cas opportun d'une situation naturelle très sûre (1), c'est la sagesse de celui qui choisit qui est requise, en terrain plat, c'est l'art du bâtisseur.
(1) Mot à mot : "Dans une faveur naturelle très sûre"

#7 scaevola

scaevola

    Colonus

  • Members
  • PipPip
  • 25 messages

Posté 24 août 2012 à 12:12

Ave,
J'ai presque fini le livre IV, j'en suis au chapître 25 mais une petite phrase me laisse perplexe :

Necessitas enim quaedam virtutis est desperatio

Je l'ai traduite ainsi mais j'ai néanmoins un doute sur son sens :

En effet le désespoir est une forme de besoin de courage (un certain besoin de courage).

Qu'en pensez vous?
Merci d'avance




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)