Aller au contenu


Photo

Ma traduction : bonne ou pas?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 Inxconxnu

Inxconxnu

    Servus

  • Members
  • Pip
  • 8 messages

Posté 19 février 2017 à 19:40

Bonjour à tous!

J'ai traduis récemment qlq passages latins et j'aurai aimé avoir votre avis par rapport à ma traduction :

 

 

 

"Quid frustra refugis? cogit nos linea iungi. Haec in lege loci commoda circus habet." 

 

Pourquoi prends-tu la fuite en vain? Le cordon nous force à nous unir. Le cirque possède cette loi appropriée.

 

 

 

"Tu quoque, qui spectas post nos, tua contrahe crura, si pudor est, rigido nec preme terga genu!"

 

Toi aussi qui regarde derrière nous, resserre tes jambes, si l'honneur est présente, n'accable pas ton dos par ton genou rigide.

 

 

 

"Suspicior ex istis et cetera posse placere, quae bene sub tenui condita ueste latent."

 

Je soupçonne parmis ceux-là et tout les autres de pouvoir plaire que je captais et qui se cachaient bien sous ton vêtement relevé.

 

 

"Cum tibi succurret Veneris lasciuia nostrae, purpureas tenero pollice tange genas."

 

Quand l'enjouement de notre Vénus te viendra à l'esprit, touche ta joue de pourpre avec ton pouce délicat.

 

 

 

Merci d'avance!  :) 



#2 jacques

jacques

    Nobilissimus

  • Members
  • PipPipPipPipPipPipPipPip
  • 280 messages
  • Gender:Male

Posté 22 février 2017 à 21:34

Quid frustra refugis? cogit nos linea iungi.

       haec in lege loci commoda circus habet.

 

Pourquoi prends-tu la fuite(1) en vain? Le cordon(2) nous force à nous unir. Le cirque possède cette loi appropriée(3).

 

(1) Pas tout à fait : la belle ne fuit pas effectivement : heureusement pour le poète !

(2) Faux sens : nous sommes au cirque ; consultez la fin de l'article du Gaffiot.

(3) Loin du texte et non réellement compris. La traduction du membre précédent vous fera comprendre, mais c'est assez difficile.

 

 

Tu quoque, qui spectas post nos, tua contrahe crura,

       si pudor est, rigido nec preme terga genu!

 

Toi aussi qui regarde(1) derrière nous, resserre(2) tes jambes, si l'honneur est présente(3), n'accable pas ton(4) dos par ton genou rigide.

 

(1) Soit, mais qui regarde quoi ? Faute d'orthographe sur "regarde".

(2) Petit fs : le fait de resserrer les jambes n'apporterait rien.

(3) Non compris, et "honneur" est masculin.

(4) Contresens : comment le spectateur pourrait-il gêner son propre dos ?

 

 

3°  Suspicior ex istis et cetera posse placere,

       quae bene sub tenui condita ueste latent.

 

Je soupçonne parmis(1) ceux-là(2) et tout(3) les autres de pouvoir plaire que je captais(4) et qui se cachaient bien sous ton vêtement relevé(5).

 

(1) Orth.

(2) istis, comme le prouvent cetera et quae, est du genre neutre. Le mot désigne les charmes du corps féminin.

(3) Orth.

(4) Non-sens : n'écrivez pas de charabia... Pour placere, faites comme s'il y avait mihi placere. Quant au relatif quae, il reprend cetera. C'est un peu l'image de l'iceberg...

(5) Faux-sens = contresens : le vêtement n'est justement pas relevé !!! 

 

 

Cum tibi succurret Veneris lasciuia nostrae,

      purpureas tenero pollice tange genas.

 

Quand l'enjouement de notre Vénus(1) te viendra à l'esprit, touche ta joue de pourpre avec(2) ton pouce délicat.

 

(1) Traduction littérale respectant l'image, mais cela n'a pas grand sens en français.

(2) Il y a une préposition moins lourde en français.

 

 

- Tenez bien compte de la situation des personnages pour comprendre et traduire.

- Prenez une vue d'ensemble de la phrase avant d'écrire quoi que ce soit.

- Votre phrase doit présenter un sens acceptable, sinon élégant, en français.

- Respectez la présentation en distiques et attention à l'orthographe.

Mais il faut dire que ce n'est pas facile... Vous avez d'ailleurs levé certaines difficultés






0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)