Damna, quae in prudentibus accidunt, id est damna fatalia, socii non cogentur praestare

Les associés ne sont pas responsables des pertes qui arrivent aux (hommes) prudents, c’est-à-dire des pertes (résultant de cas) fortuits.